Etre autiste ce n'est pas ce que les autres croient.
 
Image bandeau masque
 
|
|
 
Ne pas confondre : Dire ce que l'on pense avec...

Ne pas confondre : Dire ce que l'on pense avec "partager" son ressenti du moment.

"Moi je dis ce que je pense, donc fhkazr broazruaziop erouazurioazeu uoauzeiouazioe".
Whouaaaaaaaaaaaaa !
Tu penses ça de moi ?
"Oui".

C'est ton opinion sur moi ou juste ton ressenti du moment ?
"?? ??? ?".

"De toute façon, je te dis ce que je pense".
Encore une fois, ce que tu penses de moi ?
Où est ce ton ressenti du moment ?

Nous avons une divergence d'opinions, OK.
Est-ce une raison pour me dire (de fausses) 4 vérités ?

"Moi je dis ce que je pense".
Est-ce que notre désaccord nécessite que nous détruisions notre amitié ?

"C'est à toi de changer".
Pourrions-nous prendre de la hauteur ?

"Moi, je t'ai dit ce que je pense".
S'il te plaît, n'abîmons pas notre amitié à cause d'un désaccord.

"Moi, je t'ai dit ce que je pense".
Ne pas être d'accord ne doit pas déboucher sur un point de blocage.

"Moi, je t'ai dit ce que je pense".
Est-ce que je peux m'exprimer ?

"Moi, j'ai dit ce que j'avais à dire, point !"
Est-ce que je peux m'exprimer ?

"J'ai dit ce qu'il y avait à dire".
Je ne peux donc rien dire.

"Mais tu cherches quoi ?"
À sauver notre amitié.

"Fallait y penser avant !"
Pour mémoire, notre désaccord porte sur une broutille.

Note : Cette "petite" histoire est inventée à partir de faits réels.
À chacun/chacune d’entre nous de ne pas exploser à la moindre contrariété.

Note 2 : Ne nous aveuglons pas et restons nous-mêmes.
Se sur-énerver et se servir de son sur-énervement comme raison pour laquelle on est sur-énervé, c'est utiliser son sur-énervement comme un renforçateur.
Exemple : "C'est de ta faute, la preuve, je suis sur-énervé".

Note 3 : Oui, nous parlons d'Autisme.

Note 4 : Ces problèmes sont évitables.

Marian - En quête de déclics
Rédigé à Lyon le 24/07/2014 pour le Blog Autisme.


Anonyme
Dire ce que l'on pense est quasiment toujours partager un ressenti éphémère (c'est à dire quand ce n'est pas un instinct ou un désir) . Nous sommes des êtres temporels constitués d'affects qui varient au cours du temps, croire en une prétendue pensée immuable et rationnelle équivaut à se voiler la face. Les ressentis, s'ils sont partagés avec justesse et mesure, valent les pensées, car ces dernières sont les simples messagères de nos pulsions et instincts.

Il est inutile de t'accrocher à ta rationalité pour sauver tes relations avec autrui. Tu dois composer avec le donné et faire des choix, et surtout accepter que les autres fassent de même. Chacun est libre et aucun jugement n'est plus vrai qu'un autre, la vérité est relative. Alors oui, un ressenti est une raison valable pour exposer son point de vue, et tu ferais de comprendre et d'assumer cet état de fait, car se braquer et taxer de fausseté tout jugement divergent du tien est absurde et surtout improductif.
Facebook-Article :Facebook-Blog :
Twitter-Article :Twitter-Blog :
LinkedIn-Article :LinkedIn-Blog :
Google+ Article :Abonnement chaîne YouTube :


Poster un commentaire




INCONGRUITE : Les champs marqués * sont FACULTATIFS !
*

*

*







-----------------------------------------------------





 
 

Autisme : Une part de la Neurodiversité
L'Autisme, ce n'est pas ce que les autres croient.
C'est un état neurologique différent faisant pleinement partie de la Neurodiversité.
À titre personnel, je suis Autiste et fier de l'être.

L'auteur du blog Autisme et Neurodiversité
Marian Giacomoni - Autiste de haut niveau - Analyste programmeur
En quête de déclics fait écho à ma quête de déclics. Cela signifie que je cherche
(c'est une Quête pour être exact) des Déclics pour avancer dans la vie.

 
L'Autisme, ce n'est pas ce que les autres croient.
Autisme     HTML5     CSS     Google+     Sitemap     Logo Hit-Parade des sites francophones     Flux RSS