Etre autiste ce n'est pas ce que les autres croient.
 
Image bandeau Seul
 
|
|
 
Interview de Camille Cornu

C : Camille.
M : Marian.

M : Bonjour Camille.
C : Bonjour Marian.

M : De quoi parle votre livre ?
C : C’est l’histoire d’une personne qui reçoit un diagnostic d’autisme, et qui est embauchée pour être cobaye dans un laboratoire de recherche sur l’autisme.

M : Est-ce que c’est un témoignage ?
C : C’est autobiographique sur le fait de recevoir ce diagnostic et d’être embauchée comme cobaye.
Mais c’est un projet littéraire avant d’être un livre sur un sujet quelconque.

Je me suis amusée à brouiller les pistes avec des thèmes qui m’inspiraient. A la fin, ça devient évident que ce livre est une fiction. De la même façon que l’autisme, dans l’imaginaire des gens, est un mot complètement fictif, avec des images qui ne correspondent jamais à la réalité.

M : Que penses-tu pouvoir dire de neuf sur l’autisme ?
C : Je pense surtout que je suis assez loin des clichés… voir très loin.
Je ne pas passe mon temps à décrire et expliquer les symptômes de l’autisme.
Ce sont des symptômes qui sont souvent invisibles chez moi et que je n’arrive pas toujours à cerner.
Cela ne m’intéressait pas d’écrire un livre trop proche de ce qui se dit déjà en psychiatrie.
C’est juste l’histoire d’un personne qui reçoit un diagnostic d’autisme, en fait.
Et qui doit faire face aux réactions des gens par rapport à ça.

M : Quelles sont les réactions des gens ?
C : Ce refus de la différence. En fait, ce refus existe déjà avant le diagnostic.
Les gens me trouvaient déjà bizarre avant et me le reprochaient souvent. Après le diagnostic, les reproches ont une autre portée.

Je trouvais ça très intéressant à observer. S’il y a une explication rationnelle au fait que
mon comportement ne rentre pas dans la norme, les gens se sentent menacés. Pour une personne qui parvient à s’intégrer, les gens ne veulent pas entendre parler d’autisme.

M : Tu parles plus des réactions des gens que de vous-même ?
C : Oui, car c’est à travers le regard des autres que je perçois ma différence.
Le regard des autres, et aussi cette idée d’un modèle dominant qui refuse tout ce qui dépasse. Les gens ne veulent pas qu’il existe un mot officiel pour décrire des différences.

M : Merci de t'être livrée au jeu de l'interview.
Je te laisse le mot de la fin.
C : Merci à toi, et pour finir je voudrais juste dire l'importance de s'exprimer, et de prendre la parole publiquement, quelle que soit la nature des discriminations que l'on puisse subir, ça vaut pour toutes les minorités.


Lien vers le résumé du livre sur le site de l'éditeur :
=> F8.5.

Quelques mots sur l’auteur :
=> Camille Cornu.

Le profil Aut'Créatif de Camille :
=> AutCreatifs : Camille Cornu.


Facebook-Article :Facebook-Blog :
Twitter-Article :Twitter-Blog :
LinkedIn-Article :LinkedIn-Blog :
Google+ Article :Abonnement chaîne YouTube :


Poster un commentaire




INCONGRUITE : Les champs marqués * sont FACULTATIFS !
*

*

*










-----------------------------------------------------





 
 

Autisme : Une part de la Neurodiversité
L'Autisme, ce n'est pas ce que les autres croient.
C'est un état neurologique différent faisant pleinement partie de la Neurodiversité.
À titre personnel, je suis Autiste et fier de l'être.

L'auteur du blog Autisme et Neurodiversité
Marian Giacomoni - Autiste de haut niveau - Analyste programmeur
En quête de déclics fait écho à ma quête de déclics. Cela signifie que je cherche
(c'est une Quête pour être exact) des Déclics pour avancer dans la vie.

 
L'Autisme, ce n'est pas ce que les autres croient.
Lien permanent : Interview de Camille Cornu.
Autisme     HTML5     CSS     Google+     Sitemap     Logo Hit-Parade des sites francophones     Flux RSS