Etre autiste ce n'est pas ce que les autres croient.
 
Image bandeau masque
 
|
|
 
Autisme crises

Présentation de l'article : Déroulé d'une crise chez un adolescent autiste et analyse de celle-ci.
Chez les personnes autistes, les crises (s'il y en a) peuvent être spectaculaires.
Souvent, les crises sont interprétées comme le signe d'une douleur émotionnelle et sont prises en charge en fonction de ce paramètre.
L'objet de cet article est d'explorer la véracité ou non de la genèse émotionnelle des crises chez la personne autiste.
Mots clés : Autisme. Autiste. Crise. Dr maboul. Remédiation cognitive.


Autisme crises
Il y a quelque temps, j'avais commis un article ainsi qu'une vidéo : Autisme : Éviter les crises, l'une des méthodes.
Je désire aujourd'hui étayer cet article sous un angle nouveau.

Parfois, la personne autiste se retrouve dans des situations ou elle est submergée.
Dans ces moments-là, tout ce que la personne autiste voit comme négatif revient à la surface.
A ce moment-là, c'est un enchaînement (un cycle/une récurrence), "tout y passe" donnant l'impression que "tout" est remis en cause.

La réaction de la part des proches (parents, fratrie, amis...) est de répondre "point par point" pour désamorcer la situation.
Un "petit" exemple valant mieux qu'un long discours, je me fais un "plaisir" de vous en présenter un.
Note : Cet exemple est 100% fictif.


Autisme : Un exemple de crise
L'ado autiste : A.
Le Papa : B.

A : "De toute façon tu ne m'aimes pas, la preuve, tu m'as menti !"
B : "Je ne t'ai pas menti, je t'ai dit que je n'avais pas rangé ta chambre et c'est vrais."
A : "Tu m'as menti, tu as fouillé dans mes affaires et en plus tu me dis que tu n'as pas rangé ma chambre ? Tu me dis que tu n'as rien rangé ? Tu me mens !"
B : "Je ne te mens pas."
A : "Si ! TU ME MENS !!!!!!!!!"
B : "Je t'aime et ne te mens pas."
A : "Le fait que tu me mentes est la preuve que tu ne m'aimes pas."
B : "Je ne te mens pas"
A : "Dans mon placard, tu as bougé des choses à moi !"
B : "Je n'ai rien touché."
A : "Voilà, tu me mens ! Tu es entré dans ma chambre et tu as fouillé dans mon placard."
B : "Je n'ai pas fouillé. Ce matin, j'ai fait un peu de repassage et il y avait quelques Tshirts à toi."
A : "JE TE PARLE DE RESPECT ET TOI, TU ME PARLES DE REPASSAGE !!!!!!!!!!!!!!!!"
B : "J'ai repassé tes affaires et je les ai mises dans ton placard !"
A : "Alors pourquoi tu as dit que tu n'étais pas allé dans ma chambre ? TU M'AS MENTI !"
B : "JE NE T'AI PAS MENTI !"
A : "Alors, pourquoi ne pas avoir dit que tu étais allé dans ma chambre ? Et puis, TU NE ME CRIES PAS DESSUS ! JE NE LE SUPPORTE PAS !"
B : "J'ai repassé tes affaires et je les ai mises dans ton placard. Je ne te l'ai pas dit parce que pour moi, c'est anodin."
A : "C'est anodin pour TOI, pas pour MOI ! Et puis, le fait que tu dénies d'avoir fouillé, ça, c'est un mensonge. TU M'AS MENTI !"
B : "Je ne t'ai pas menti !"
A : "SI, tu m'as MENTI !"
B : "Je ne t'ai pas menti."
A : "Alors, si tu ne m'as pas menti, pourquoi ne pas avoir reconnu que tu étais allé dans ma chambre quand je t'ai donné l'occasion de t'expliquer ?"
B : "Ce matin, j'ai repassé tes affaires et les ai mises dans ton placard puis je ne m'en suis plus souvenu."
A : "Moi, je me souviens de tout. Tu n'as pas oublié. Ca t'arrange de ne pas m'en avoir parlé. C'est facile pour toi."
B : "Non mais mille sabords de mille sabords, j'ai repassé tes affaires, je les ai mises dans ton placard et j'ai zappé."
A : "TU N'AS PAS ZAPPE, TU AS MENTI !"
B : "SACRE BLEU !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! JE NE T'AI PAS MENTI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"
A : A : "JE TE FAISAIS CONFIANCE !"

Afin d'avoir à l'esprit l'ensemble des paramètres, nous allons réaliser une interview du père et ensuite de l'ado autiste.
Nous pourrons ainsi réaliser une synthèse et architecturer une analyse.


"Interview" du Papa
Ca me fait mal d'être "accusé" d'avoir menti alors que j'ai juste repassé ses affaires.


"Interview" de l'ado autiste
Il pense que je suis fou et il ne me fait pas confiance. C'est pour ça qu'il fouille dans mes affaires.


"Synthèse" : L'un a mal parce qu'il est accusé et l'autre parce qu'il est vu comme fou.
"Analyse" : L'un ment et l'autre est fou.
L'erreur de paradigme
A l'instar du Papa, nous avons fait une erreur de choix de paradigme.

La question ne réside pas dans la collecte et l'analyse des faits.
Elle réside dans la lecture des mécanismes de fonctionnement.

Le "clash" a eu lieu non pas à cause à cause d'un mensonge, mais du mode de fonctionnement enclenché par l'ado autiste.
La question du mensonge (TU ME MENS !) n'est pas l'origine du problème.

"TU ME MENS" a été employé en tant que renforçateur par l'ado autiste.
En criant "TU ME MENS", l'ado autiste a communiqué sa peur qu'on lui mente et probablement sa déception qu'on lui a déjà mentit par le passé.
Crier "TU ME MENS" a aussi (c'est paradoxal) la "fonction" de ré-assurer l'ado autiste dans son bon droit (ce n'est pas de sa faute, il est victime).
Le fait de ce voir en victime amène à se conforter dans le fait que "c'est la faute de l'autre".

Analyser ce qu'il c'est passé sous le prisme des angoisses et peurs revient à faire abstraction des mécanismes à l'origine du "clash".
Ce n'est pas la peur d'être victime d'un mensonge qui génère la crise, c'est la crise (de par les mécanismes qu'elle enclenche) qui a réactivé et potentialisé des peurs fortement envahissantes.

La société française a tendance à se dire que si les angoisses sont traitées alors il n'y aura plus de crises.
C'est à mon sens une erreur de paradigme.
Les angoisses (s'il y en a) sont potentialisées par les crises. Une prise en charge des angoisses (s'il y en a) ne peut être efficace que si celles-ci ne sont pas re-potentialisées "tous les 4 matins".


L'autisme, cette architecture cognitive hors norme aisément confondue avec des maladies mentales
Il est très probable que l'ado autiste se voie affublé de moult diagnostics d'ordre psychiatrique (bipolaire, psychotique, paranoïaque...).
Dans la même veine, l'ado autiste a potentiellement pu "bénéficier" de moult traitements (Fluoxétine, Aripiprazole, Cyamémazine).
Est-ce que ce type de traitement est souhaitable ?
La question est : "est-ce que ces traitements aident la personne à ne plus se retrouver dans des situations critiques ?".
Une autre question serait : "existe-t-il des outils qui permettraient à la personne de ne plus être envahie ? Ou à minima de l'être moins intensément ?".


Une approche comportementale ?
Soyons franc, ce qu'il c'est passé ("la crise") n'est pas ce que l'on nomme régulièrement "envahissement émotionnel".
Je pense que c'est "quelque chose" de spécifique à l'autisme dans la mesure où il y un "appel" de l'émotionnel par le sensoriel.

Note : Une isolation sensorielle (casque anti-bruit, lunettes de soleil...) est un "remède" très efficace.
L'isolation sensorielle permet non seulement de ne plus "nourrir" l'envahissement, il permet aussi à la situation de se normaliser.

Vu de l'extérieur, il apparaît logique et rassurant d'attribuer la crise à une "mauvaise gestion de l'émotionnel" ce qui en réalité est une erreur de lecture.
Il est important de prioritariser la lecture sensorielle par rapport à la question émotionnelle.

Important : Ce n'est pas un aveuglement émotionnel même si cela peut en donner l'impression.
Ne cédons pas à une lecture aisée qui n'apporterait rien à la personne autiste.

Les personnes autistes ont des modes de fonctionnement différent des personnes non autistes.
Il est important de ne pas projeter sur les personnes autistes des mécanismes qui ne sont pas les leurs.
L'adaptation de la prise en charge (ou non) est à ce "prix-là". On ne peut adapter quoique ce soi aux personnes autiste si on fait fit de leur autisme.


Qu'aurait pu faire le Papa ?
Laisser l'ado autiste seul dans sa chambre et ne surtout pas lui répondre (on nomme "ça" une extinction).


Qu'aurait pu faire l'ado autiste ?
Penser à autre chose (auto-détournement d'attention), utiliser un casque anti-bruit (ce qui lui aurait permis d'éviter de lancer la conversation), réaliser une tâche/un exercice qui lui plaît...


Dr Maboul Autisme
ATTENTION : ironie et caricature inside.
Le Dr Maboul est un personnage de fiction créé pour dénoncer certaines dérives en matière d'autisme.
L'objectif est de susciter une prise de conscience de la société en général par rapport aux préjugés concernant l'autisme.

Que serait un article sur les crises sans une petite intervention du Dr Maboul ?
Franchement, je ne sais pas ;-)

<< La crise chez la personne autiste n'est que l'échappement du délire de la sphère intime.
Elle est impérieuse et mène au délabrement cérébral.
Une prise en charge par neuroleptique est indiquée. >>
( Dr Robert Maboul )

Nous sommes d'accord, les propos du Dr Maboul sont la preuve d'une non-connaissance totale de ce qu'est l'autisme.
Pour en savoir plus sur le personnage du Dr Maboul, je vous invite, cher lecteur à réaliser une recherche sur internet avec les mots clés "Dr Maboul autisme".


Autisme : Follie
Pour accompagner son ado autiste sur le chemin d'une gestion de soi moins délicate/douloureuse/envahissante, il apparaît comme étant important de lui dire qu'il y a beaucoup de personnes autistes qui comme lui font face à des mécanismes d'envahissement sensoriel/émotionnel et qu'elles ne sont pas folles pour autant.
En d'autres termes, l'envahissement sensoriel/émotionnel n'est ni une forme de folie ni sa résultante.


Autisme : Psychose
L'autisme n'est pas une psychose. J'aborde cette question dans l'article : Psychose.
Il parraît important de préciser que l'autisme n'est pas une psychose, non pour stigmatiser les psychoses, mais parce que l'autisme n'en est pas une.


Autisme : Une question de différences
L'autisme par sa nature même place la personne autiste dans des référenciels autres que ceux adaptés aux personnes non autistes.


Autisme crise : Récapitulatif
Les crises (s'il y en a) peuvent faire très peur à l'entourage ce qui peut parfois l'amener à opter pour un apaisement chimique.
Cet apaisement chimique masque (parfois) les symptômes sans apaisé les souffrances (s'il y en a). Pire, bien souvent, la personne se sent emprisonnée en elle (rentrée dans elle même) dans la mesure ou elle n'a que partiellement (ou plus) accès à ses capacités cognitives et intellectuelles). Comment apprendre sur soi dans ces conditions ?

Parfois, chez les personnes autistes, le sensoriel prendrait le pas sur l'émotionnel.
Malheureusement, bien souvent, c'est l'émotionnel qui est traité.
L'approche éducative et cognitive de la personne autiste tient compte des particularités sensorielles de celle-ci.
En France, l'écartement quasi systématique des TCC, ABA et TEACCH (notamment) de la prise en charge de l'autisme empêche la personne autiste d'accéder à des techniques et méthodes qui lui permettraient d'enfin connaître son mode de fonctionnement.
En d'autres termes, il est important de donner aux personnes autistes le mode d'emploi de leur cerveau (les aider à le rédiger pour être exact).


Pour éviter les crises, il y a plusieurs techniques (liste non exhaustive) :
* Isolation sensorielle.
* Penser à autre chose.
* Faire une activité qui nous plaît.
* Mettre une veste proprioceptive (ne fonctionne pas forcément chez l'ensemble des personnes autistes).


Je terminerai cet article en soulignant l'existence de la remédiation cognitive.
Note : La remédiation cognitive fera l'objet d'un article futur.

Article écrit à Lyon le 18/12/2015 par Marian Giacomoni.

P.S : Quelques liens pouvant êtres vu comme étant en rapport avec l'article :
=> Article sur le site letremplin-isere.org : Les 5 erreurs communes des parents.
=> Article de présentation de l'ABA : La méthode ABA.
=> Micro article un peu ancien : Autisme : Il y a beaucoup de bruit.
=> Blog (caricature) du Dr Maboul autisme.


Facebook-Article :Facebook-Blog :
Twitter-Article :Twitter-Blog :
LinkedIn-Article :LinkedIn-Blog :
Google+ Article :Abonnement chaîne YouTube :


Poster un commentaire




INCONGRUITE : Les champs marqués * sont FACULTATIFS !
*

*

*







-----------------------------------------------------





 
 

Autisme : Une part de la Neurodiversité
L'Autisme, ce n'est pas ce que les autres croient.
C'est un état neurologique différent faisant pleinement partie de la Neurodiversité.
À titre personnel, je suis Autiste et fier de l'être.

L'auteur du blog Autisme et Neurodiversité
Marian Giacomoni - Autiste de haut niveau - Analyste programmeur
En quête de déclics fait écho à ma quête de déclics. Cela signifie que je cherche
(c'est une Quête pour être exact) des Déclics pour avancer dans la vie.

 
L'Autisme, ce n'est pas ce que les autres croient.
Lien permanent : Autisme crises.
Autisme     HTML5     CSS     Google+     Sitemap     Logo Hit-Parade des sites francophones     Flux RSS